livre d’heures…

 

l’aura du fleuve, lieu de mélancolie… et je dessinerai une ligne et

IMG_0580

Publicités

livre d’heures…

84949bf567f535e1dde58f21efcd2265

Dans le silence de l’atelier

 

le miroir des songes

rythmé de voyages intérieurs

dessine l’ouverture

 

trouées de lumière

champs d’ombre

 

le graveur

avec force et délicatesse

du bout des doigts

griffe, graphe

sa partition

 

du creux des mains

au cœur des langes

le graveur

interprète une symphonie

en blanc et noir

 

Denise Pelletier pour Partita 2010 Paris et photo de l’atelier Frans Masereel Centrum, Kasterlee 2000  DP copyright 2017

livre d’heures…

 

IMG_0195

J’habite là

où les écorces grises

les troncs noueux

se tiennent debout

j’habite

l’hiver clinique

cousue de fleurs fanées

j’habite les branches aux oiseaux

greffées de merles de mésanges

de sittelles

j’habite la montagne froide

la lumière lente

le bruit confus du vent

d’un torrent

 

 

Denise Pelletier Copyright 2017

livre d’heures…

42 ans que mes photos patientaient dans une malle … une infime partie d’un tout, le parfum d’un don précieux et ce tout jeune garçon d’un même cœur.

Bonjour Denise et merci de me répondre. Ce bar est un petit bistro de campagne dans un village de 500 âmes depuis 1954. Mes parents s’y sont rencontrés d’ailleurs, précisément au même comptoir. Je l’ai acheté voici 5 ans en maison d’habitation (plus de licence)……c’était l’âme du village, le seul lieu de rassemblement. Désormais il ne reçoit plus du tout. J’y vis, j’y mange simplement. Et comme pour lui donner une continuité de vie, j’ai eu cette idée de le partager avec les personnes que j’aurais aimé accueillir afin qu’il les inspire……un texte, un poème, un haïku……d’un détail, d’une atmosphère. Le choix est vaste et surtout très libre J’espère avoir répondu de manière compréhensible Denise.

Ma réponse à cette belle invitation de Sylvie d’écrire au côté de ses photographies.

 

Le thé pleure

tables vides

chaises seules   ensembles

toute une vie de rencontres endormies

des souvenirs valsent sur le mur de sucre d’orge

un cadre        plein d’hier

de visages et de bruissements   de voix éteintes

une table pour deux

le thé pleure

l’ombre d’une vieille malle

à contre- jour

dans la lenteur

j`écoute le silence des âmes

 

livre d’heures…

fin d’impression du livre    pas de titre ni trêve ni rien, fors le vent    reste la reliure…

IMG_0024

avec le très beau texte de Madame Claude Favre poète performeuse, plus sur ce lien:

http://www.arnaudmaisetti.net/spip/spip.php?article927

http://www.larevuedesressources.org/pre-commandes-de-a-r-n-agencement-repetitif-nevralgique_voyou-de-claude-favre,2659.html

 

gravures et reliures Denise Pelletier 2017