Carnet 2006 à suivre

olivia2

2006 
Denise Pelletier  

UNA GalleryNational Arts Academy in Bucharest

Olivia Nitis Commisaire

 

31 mars 2006

Et j’ai vu l’oiseau mourir sur la branche

7e9b3f491823498344a2d43dcaac4a14

 

23 avril 2006

Quatre ponts d’âges…retour à la maison

 

 

25 avril 2006

À Radio-Canada je décide d’écouter les nouvelles, les 20 ans de Tchernobil…plus loin, aidons les Africains, les Congolais, réunions, rencontres, dans des Hôtels de Montréal avec des gens du monde politique au son de tambours, de litanies, de hurlements d’Africains, hors pays, hors contextes…les minutes que j’ai pu supporter m’ont poussé à écrire, dire, à m’exprimer.

Comment arriver à une paix guérisseuse, à une situation de rétablissement dans les capharnaüms, la cacophonie ambiante, les bruits, les cris contestataires. Chacun chahute pour soi, pour personne d’autre, pour prendre une place. J’ai changé de poste pour ne pas me laisser enterrer dans ce brouhaha insoutenable et destructeur.

Si tu ne leur dit pas ce qu’ils veulent entendre c’est peine perdu ils font plus de tapages.

 

21 mai

Alex annonce son déménagement au Domaine Maizeret en juillet. Ginette et Raynald sont venus un court moment…

Mai sous la pluie encore, je déteste ces grandes marées qui noient mon coin de terre. Denis vit sa convalescence douloureusement, comme j’ai hâte qu’il ne souffre plus, qu’il profite de sa retraite anticipée avec plus de douceurs.

«Contrat naturel» Le philosophe est un homme de l’errance, il n’a pas de point fixe…

 

Entre

Densité et transparence

Endroit et envers

Incision et indécision

Couleur et diaphane

Extensum et spatium

Discernable et indiscernable

Choc et subtilité aérienne

 

Je suis pluri-indisciplinaire, contre l’enfermement. L’art est un moyen de contenir sa vie, d’avancer.

 

 

Pillow project :

Faire une liste de mes couleurs préférées

Ciel d’encre

Rose fin de jour

Vert humides

 

 

Des regards qui me retiennent

 

Les yeux d’Alex quand il jubile

Les yeux de ma cousine Nicole F quand elle ne se sait pas regardée

Les yeux de ma mère dans de vastes pensés

Les yeux pervenche du chat dans le matin d’été

Les yeux bleuets de Colombe

 

De mes fleurs préférées

Le chrysanthème au cœur chaud

La pivoine sensuelle

L’ancolie

L’achillée

 

 

16 septembre j’ai remis à Engramme vingt-deux estampes de Maria Nichita, venant de ma Collection privée pour une visibilité de son travail d’exception. Les # 25-11-19-10-3-20-6-22-14-26-18-4-1-2-5-16-29-28-30-15-7-23 tirées de la série Le questionnaire de Proulx. L’une d’elle sera choisie et offerte à Madame Pauline Hébert pour le soin quelle apporte gracieusement à la Banque d’œuvres d’Engramme.

 

Hachures, déchirures, balafres, blessures juxtaposées, marécage. Ombres magnétiques, brodeuse d’ombres. Il ne faut pas recréer l’abominable réalité, ses barbelés, ses filigranes, ses cordes à nœuds, ses ficelles à secrets.

Broderies de neige. Deux pièces de tissu blanc, où notre vie commence, s’achève. L’une pour le cri, l’autre pour le dernier soupir. Devant les demeures endormies un labyrinthe blanc…la poétique du flocon. Neige, pureté, enfance. Tournoiement de notes blanches écrit à l’encre blanche. Le 7’ printemps. Collier de perle. Henri Michaux disait qu’il faut se regarder sur le papier, pas la glace, méditer sur le papier. La neige convient à celui qui cherche désespérément la couleur.

Rodica enfile des fenêtres, des portes, comme j’enfile des pétales de fleurs. L’herbe figure fréquemment les peines.

Jeux d’encre, nœuds d’encre Légende des eaux souterraines.

 

L’encrier intérieur circule en moi, ma gravure, mes ombres, je travaille à contre-jour. Le matériau littéraire me nourrit, la langue du poème plus encore. Repliement, dépliement, éternité. Un présent replié sur le passé. Pli ou déploiement. Pli et plat. Pli et mouvement. Pli organique. Pli de la représentation.

 

Prix Félix Leclerc: Oeuvre acquise à la Bibliothèque Félix Leclerc