parapentes Pattaya, Thaïlande 2003

Los Angeles

Combien de patience je devrai acquérir, ils sortent en troupeau pour quatre bagages et je découvre au bout de la file indienne qu’ils accompagnent l’être cher jusqu’au guichet. Entre temps ils usent de supercheries pour te reculer en fin de ligne …

Un instant j’ai voulu retourner sur Québec, un instant grand …  comme …

Et je me suis rappelé que pour côtoyer l’étranger il faut respecter ses modes de vie …

 

 

Nulle part

Ils font oui, ils font non, sept heures de vol  dans la peau du ciel et sans bagages. On m’a pris ma valise à main, on me la rendra à Bangkok. Pour un oui, pour un non. Tuer le temps dans ce fourgon volant, de qu’elle manière? J’appuie ma tête sur un dream-catcher qui protège l’appuie tête, la ligne rouge des mots me donne à rêver, son sceau humble carré rouge plus encore. Et je demanderai à la jeune hôtesse de me le donner, j’aurai au moins ce souvenir pour débarquer à Taipei. Elle m’en donnera un plein sac, trop. Non, j’en ferai un projet, oui …

Destination :0 :31 Taipei

Destination : 138 miles

Destination :5.46 a m mardi

Des vagues lourdes toute la nuit ont bercées mes rêves …

Taipei 

Trois heures en transit, pris au piège de l’aéroport, tout est vide, tout est fermé, nous sommes seuls en attente …

Nulle part

Trois heures quarante de vol et nous reculerons d’une heure encore. Là, tout juste là, dans mon intime fenêtre je regarde au dehors et à perte de vue un désert doucereux, un ruban de ciel bleu,. Quelques trouées plus sombres laisse deviner ma terre, plutôt cette terre asiatique que je viens parcourir pour une première fois. Et pourtant depuis combien d’années je la surprends dans mes lectures, dans mes dessins, dans ma musique …

Et avant le 11 septembre comment pouvait-il vivre cet homme du 47’étage … comment était t’il secondé par cette vision singulière d’un espace aussi ouvert …

Là tout juste sous moi une ville gelée dans une pellicule patinée, comme une applique moirée sur une nappe d’organdi …un profil de jambe, une silhouette de femme, délire sous les nuages, se perdre …

Taitung : 104 km

Kaohsuing, Danang,

Je ne bouge pas, dans l’éclat de cette lumière diffuse je prends, j’aspire, je piège, je capture, m’abandonne, je fixe, je cherche, le bleu m’enivre et là mes pointes de cils se noient dans l’écume des nuages. Où suis-je? Dans une boîte de pandore? … Je dîne d’un riz en couche garni de feuilles inconnues, parfumées, piquées d’un champignon noir, gluant, acre, doux, arrosé d’un vin floral et accompagné de toffu. Le tout est complété de fruits, de fromage et de gâteau au chocolat. Yin Yang. Écrire et manger de peur d’oublier, mal écrire, manqué de mots, sans mots. Extase … et je retourne sur le dos du ciel, y prenant le thé je scrute sa colonne fébrile dessinée en dentelle fragile. Il a beau dos le ciel. Il s’habille d’un morceau de robe, il porte des faux cols … Je le quitte lentement vers Bangkok, plus qu’une toute petite heure.

Bangkok

Sous le charme du débarquement j’oublie l’attente, l’inquiétude, le retard des bagages … finalement ils sont là. Le représentant de la compagnie Tourismo nous accueille en français et nous mène à notre Hôtel  le Dusit Thanni au centre de Bangkok. Notre séjour en Asie commence là..