ode à l’oubli

l’invisible rôde 

la saison s’efface sous ses noires racines

nuée de mots dans la brume matinale

au bout de la route, soliloque rythmé de nos silences

1