parfois j’abandonne le poème

ma fenêtre   /    mon jardin d’oubli

ma neige d’avril

 

ici je suis cette femme qui regarde les mots de l’autre et cela me va bien

mais je cherche l’ailleurs   /    les miens

 

dès l’aube j’entre en atelier   /    prépare mes vernis / mes bassins / mes acides / mes zincs /  étale mes papiers à gros grains /  mes papiers fins / verse mes encres au rythme du poète / je m’évade dans ses noirs lumières

 

parfois j’abandonne le poème

mon lac / mes eaux tranquilles

ici je suis cette femme qui regarde les mots de l’autre et cela me va bien

mais je cherche l’ailleurs / les miens

 

dès l’aube je creuse la matrice / l’encre / l’essuie / la dépose sur le lit de la presse / couche le papier / le lange / et tourne ma roue / du premier pli du jour jusqu’au dernier / mes plis de pulpes mouillées portent encore les mots de l’autre / mes eaux fortes / au bout du jour il y aura encore le feuil de nos quatre mains / mes rubans de soi/e / ma reliure

 

parfois j’abandonne le poème

mes jours d’atelier / mon calendrier

à chaque matin j’écris un livre que je n’ai pas écrit

 

ici je suis cette femme qui regarde les mots de l’autre et cela me va bien 

dp mai 2016

Publicités